Il est là !

Arrivé à la date prévu ou presque, après quelques rebondissements de dernière minute, PetitFrere a pointé le bout de son nez en plein milieu de la nuit.

Bien entendu, comme la vie est bien faite, je n’avais pas dormi la nuit précédente, notre voisin ayant décidé de revisiter avec ses potes, tous les tubes des années 80 jusqu’à 6h du matin.  J’étais joie et bonne humeur pour mon rendez-vous « date du terme madame vous avez pas encore accouché ».

Il n’est pas Lion comme son grand frère mais quand même né au mois d’août (j’ai un brevet d’exploitation uniquement sur un modèle garçon+aout).
Il est grand. Il n’est pas trop fripé. Il est très calme. Ca me va bien.
2 jours à peine en maternité, et mes grands yeux imploraient de rentrer à la maison. Comme je suis sage et convaincante, j’ai été libérée un peu avant la date prévue, et nous voilà de retour à la maison.

La vraie vie commence…

En route pour la maternelle

Le petit devenu grand, nous sommes passés par la case inscription en maternelle, puis prise de contact avec la directrice de l’école, puis visite de l’école. La prochaine étape : 1er jour d’école.

Alors comment prépare t-on au mieux ce grand changement ?

Les démarches
Ton enfant est inscrit ?
Tu as le programme de l’école qui te décrit le rythme scolaire ?
Tu l’inscris à la cantine aussi ?
Tu penses le laisser à la garderie / la nounou / aller le chercher tôt ?
Bon tu as déjà assuré les bases, bravo.

La visite
Elle est idéale pour les premiers contacts de l’enfant avec ce nouveau monde. N’hésite pas à aller avec lui visiter cette terre inconnue. Notre maternelle nous a aussi en plus proposé une matinée d’immersion avec l’enfant, histoire de voir comment se déroule la classe, mieux comprendre le rythme, que l’enfant ait des contacts avec les autres (pour un enfant qui n’a connu que la nounou, l’école est un sacré changement). Chez nous, ça a rassuré un peu tout le monde 🙂
L’enfant a aimé cette expérience (il a reçu beaucoup d’attention de quelques enfants, la maîtresse l’a fait danser) et cela a dédramatisé la chose. Et pour nous, nous sommes persuadés que le mix des classes (petite+moyenne ou grande section réunies dans la même classe) permet aux enfants de prendre en autonomie et de partager les expériences.

La préparation
Mignonnement, tu parles de l’école de temps en temps, pour préparer l’enfant sans pression à ce qui l’attend dans quelques semaines. Et si tu as mal géré ton temps (comme nous…) tu vas commencer à parler propreté.

Le matériel
Pas de liste de courses à faire pour l’entrée en maternelle. On fait quoi pour le premier jour de classe ?
– Tu prévois un sac pour l’enfant. Un petit hein. Pas besoin d’un cartable, il n’aura rien à y transporter. Et au pire si un merveilleux dessin/cadeau est fabriqué, tu le récupèreras dans la classe en même temps que l’enfant.
– Dans le sac, il faudra prévoir un change complet en cas d’accident : slip/culotte bien sûr, mais aussi pantalon, teeshirt, chaussettes (le pipi c’est vicieux, ça se glisse partout).
– Tu auras pris soin de mettre le nom de ton enfant sur tous ses vêtements. En brodant si tu as des heures de temps libre et que tu aimes ça, via des étiquettes prévues pour, ou au bon vieux stylo indélébile. Histoire de revoir les habits si ton étourdi les égare. Ça vaut aussi pour son sac !
– Certaines écoles demandent un gobelet, une serviette de table, des mouchoirs… Pose la question lors de la visite si tu as un doute.

En petite section, l’aide du doudou et/ou tétine est le plus souvent acceptée, rendant le moment de sieste un peu plus rassurant. Si jamais ton enfant a besoin de ces compagnons de route, comme pour le reste, on écrit son nom dessus. Certains optent pour un doudou « spécial école » pour ne pas prendre le risque de perdre ce copain précieux, ça peut être une alternative. Ou un lange qui sent bon la maison par exemple.
Comme pour le reste de ses affaires, il faudra lui apprendre qu’à l’école, ils sont sous sa responsabilité, donc dès qu’on a fini : c’est dans le sac !

Quelques jours avant
On passe devant l’école, on s’en fait une joie de ces journées passées avec plein de nouveaux copains (pas que la première, mais les autres aussi, qui sont souvent plus difficiles), on prépare le sac ensemble pour que l’enfant sache quoi y trouver, on choisit ses habits pour le premier jour.

D’ailleurs les habits, on opte pour quoi ?
Du facile, du simple, du « je peux gérer comme un grand ». Il sera un peu stressé votre petit bout et il aura besoin de prendre ses marques. Pas de pantalon compliqué, de chaussures neuves, de pull à multiples boutons, des vêtements qu’il pourra baisser seul pour aller aux toilettes ou enlever pour faire la sieste. Ça vaut pour les premiers jours de classe, le temps qu’il prenne confiance en lui et se rende compte qu’il se débrouille bien tout seul !

Le Jour J
Tu prends des mouchoirs (pour toi) et tu essaies de gérer au mieux 🙂
Selon les écoles, tu pourras passer un peu de temps dans la classe ou pas. A toi de voir comment mettre en place la séparation en faisant ce qui sera le plus facile pour ton enfant. Chaque personnalité est différente, ce qui est sûr, c’est que s’il te sent fébrile, il préfèrera rester avec toi. Rassure toi, le personnel accompagnant est rompu à l’exercice, les quelques pleurs de ton enfant ne l’impressionneront pas et surtout, il saura parfaitement gérer cette crise post-départ, et quelques minutes après, l’enfant, embarqué dans une activité, aura même oublié que Papa/Maman était là.
Et pour aller le chercher, tu es à l’heure et tu le laisses te raconter sa journée s’il le souhaite.

Et petit à petit, la routine bienveillante de l’école va s’installer et tu en as pour quelques années !
Apprécie cette première journée.

Inscription…

en maternelle.
Mon fils. Déjà. Pourquoi ?
Tous les indices sont pourtant présents depuis des mois : il marche, il court, il parle, il compte, il veut lire, il pose tout le temps des questions, il s’habille seul, il veut même tout faire seul… Il prend un peu plus d’autonomie chaque jour, comme autant de pas vers l’indépendance. Mais maintenant on me dit que mon fils, mon bébé, mon crapaud, cet petit être si fragile (non, pas du tout), va aller à l’école.

Je suis un mélange de joie, d’impatience et de stress.
De joie, parce qu’il va apprendre plein de nouvelles choses, côtoyé de nouvelles personnes, vivre un peu plus en société, et se rendre compte qu’il va vivre de belles aventures.
D’impatience, parce que j’ai hâte qu’il me raconte ses journées, de rencontrer sa maîtresse et les copains de classe, de collectionner ses dessins.
De stress, parce que notre gestion du quotidien va changer, qu’il faut aussi s’atteler à l’apprentissage de la propreté.

Allez Maman, tu as bien le temps de paniquer (c’est dans 6 mois. DANS 6 MOIS), ton p’tit bout sera encore un petit bébé dans ton coeur pendant quelques temps.
(En fait, j’ai arrêté de penser que c’était un bébé le jour où il m’a dit « Laisse moi maintenant, j’ai pas envie de rigoler avec toi »).